Présentation : cliquez ici

Mon rôle : P-DG et actionnaire majoritaire durant près de 10 ans j’ai été, avec mon associé Guillaume BEFVE, celui qui a réussi la recovery de cette « belle endormie » pour en faire l’un des plus beaux succès du secteur.

 

Portrait (par  magazine le Figaro) –

Le créateur qui a décliné à l’infini les vestes chinoises a lancé en 2017 Mimi Liberté. Jusqu’à fin juillet, il reconstitue son appartement dans un salon-boutique, chez Montaigne Market, où tout est à vendre, des caramels aux œuvres d’art en passant par les robes, les meubles et les accessoires créés en exclusivité.

Un trait de fusain qui fume au milieu des pivoines roses. Même immobile, il ne tient pas en place, pareil à l’enfant qu’il n’a jamais cessé d’être, déménageant d’un lieu à l’autre comme on casse ses jouets, entre beaux quartiers et cours de récréation. De l’atelier de Vuillard à un duplex perché au-dessus du Palais-Royal, l’éternel provisoire est sa demeure fleurie, celle qu’il recompose de saison en saison, avec sa manière de coller aux époques successives sans jamais leur appartenir. Exclu de l’École alsacienne à 12 ans, fils d’un couple de psys qui en Mai 68 vendit les meubles Boulle «pour mettre des matelas partout», ce nomade de luxe a fait de sa vie un voyage parisien, à l’image de la chanson que lui dédia en 1964 Barbara, sa marraine: «Y a un arbre, pigeon vole…»

De son éducation, entre les déjeuners du dimanche chez Balzar, et une grand-mère qui l’emmenait chaque été à Venise et qui avait skié torse nu en Autriche dans les années trente, il a …

En savoir plus…

 

Leave a comment

Ouvrir le chat
Besoin d'aide ?
Bonjour.
Puis-je vous renseigner ?
Chargement...